twitterfacebooktumblryoutuberss

Ma traversée du Vietnam en moto

Ma traversée du Vietnam en moto

Précédemment, je vous parlais plutôt des aspects techniques et pratiques pour acheter et voyager en moto au Vietnam. Cette fois, j’ai envie de vous emmener un peu plus en détails dans mes émotions et mes impressions au coeur d’un pays qui m’a profondément touchée et marquée.

C’est difficile de trouver les mots adéquats pour vous raconter ma traversée du Vietnam en moto mais je vous promets de faire au mieux. D’ailleurs, la voyageuse Rory a fait un trip à scooter au Vietnam avec son Barbu et sa série de vidéos #BécaneEtPétrolette est géniale pour avoir un véritable aperçu des routes, du trip et du Vietnam en général ! 🙂

Si mes découvertes asiatiques sont nombreuses, en ayant fait le tour de l’Asie du Sud-Est, le Vietnam m’a complètement transportée. Là-bas, j’ai (re)découvert de nouvelles sensations, j’ai ressenti des émotions fortes, j’ai contemplé des paysages à couper le souffle, j’ai fait jouir mes papilles, j’ai rencontré des gens extraordinaires et je suis tombée amoureuse. Ouais ça fait beaucoup sur un mois mais putain c’que c’était bon!

J’ai tellement été marquée par cette aventure que j’en ai écrit un guide que j’ai appelé NotMad et qui est spécialement dédié au voyage à moto au Vietnam. Je vous propose de le découvrir si l’idée d’une telle aventure vous donne envie de vous lancer ! 🙂

Mes premiers pas en moto

Comme je vous le disais, j’ai vécu beaucoup de nouveautés au cours de ce voyage. Vous me direz, dans un voyage en général, on expérimente souvent des choses pour la première fois. Au Vietnam, j’ai effectué mes premiers kilomètres à dos d’une moto manuelle en plein coeur d’Ho Chi Minh Ville, en plein coeur d’un bordel monstre, en plein coeur d’une circulation déjantée. Ce n’était que le début des 3400km qui m’attendaient!

C’est en quittant la ville que je commençais petit à petit à faire connaissance avec ma Honda Win 100. J’ai toujours rêvé de voyager en moto et cette envie me bousculait chaque fois que je croisais des motards, chaque fois que je ne pouvais pas m’arrêter coincée dans un bus ou dans un train, chaque fois que ma soif de liberté totale me taquinait (toujours donc!). Non mais j’aime aussi voyager en bus et en train! Mais je préfère en moto quand même! 🙂

Je n’ai pas encore mon permis moto mais c’est un détail que je compte réparer rapidement pour aller encore plus loin. De ce fait, vivre cette expérience reste un souvenir des plus marquants de ma petite vie.

Au début, je devais me faire la main avec ma Hondinette mais tout ça, bien que la route fut parfaitement bitumée, dans la jungle routière vietnamienne. A force d’observation et de conseils, je ne quittais pas le côté droit de la route, cette partie généralement réservée aux deux roues. Evidemment, j’adaptais ma conduite et ma trajectoire en fonction des obstacles et dangers qui se présentaient: scooters à contre-sens et qui sortent de nulle part, camions qui coupent la route pour tourner et vous frôlent sans le moindre scrupule, dépassements de bus qui foncent droit sur vous et forcent parfois l’arrêt sur le bas côté…

Les obstacles et autres dangers de la route

Avec tout ça, on peut rajouter les animaux. Ah ces animaux! Je ne saurais compter le nombre de frayeurs qu’ils m’ont causé… Entre les vaches, les buffles, les poules, les cochons, les chèvres, les chiens… Ils sortent de nulle part et menacent de passer sous vos roues ou, pire encore, de constituer des obstacles qui peuvent vous emmener directement entre quatre planches en bois… A mon grand regret, le destin d’une petite poule a décidé de mettre fin à ses jours sous ma roue… Le truc avec les poules c’est qu’elles traversent constamment au dernier moment alors à force, je ralentis toujours mais je sais qu’elles finissent par passer sans se faire écraser même si c’est in extremis… Manque de bol pour celle-ci, j’ai ralenti mais le crash n’a pas pu être évité… Je n’ai rien eu du tout, à part quelques plumes entre mes rayons mais cette petite cocotte, elle, a terminé en omelette prématurée sur le bitume… Croyez-le ou non, j’étais tellement triste que j’ai perdu le sourire pendant quelques instants… Evidemment, j’en ai croisé des poulettes aplaties… Triste réalité… Snif 🙁 …

Bref, se heurter à un cocotte, c’est triste, mais bien que sa taille ne soit pas un réel danger pour une moto, vouloir l’éviter peut avoir des conséquences dramatiques alors prudence! Aussi, les vaches et les buffles déambulent sur la route, parfois en plein milieu. Lorsque leur marche est régulière, il est facile de se frayer un chemin pour les éviter mais un animal reste imprévisible alors parfois, il peut vous foncer droit dessus au moment où vous passez ou bien vous couper la route… En somme, il ne faut jamais prendre une route pour acquise! Elle peut sembler déserte et d’une minute à l’autre vous balancer un troupeau de vaches agitées (ou même juste un veau mais c’est suffisant pour mal terminer…)!

Et puis il y a ce moment où il faut doubler. Haha, ce fameux moment… Alors que je roule tranquillement, qu’il n’y a (a priori) aucun obstacle sur mon chemin, je me retrouve derrière un camion qui largue une épaisse fumée noire directement dans mes poumons. J’adore ça! Avec le casque et parfois avec ou sans masque, ça reste super désagréable! Donc, vous pensez bien que je vais m’empresser de doubler ce distributeur de pollution! La voie de droite est obstruée par plusieurs scooters alors, pas le choix, faut doubler par la gauche. Et là, mon coeur s’emballe un peu, mes mains deviennent un peu moites et il fait soudainement un peu plus chaud. Le truc, c’est que ça double à tout va au Vietnam! Scooters, voitures, camions, bus, celui qui ne double pas, c’est celui qui ne passe pas! Sans déconner, il faut faire super attention parce qu’au moment de doubler, vous pouvez vous retrouver en face à face avec un bus en train de doubler un autre camion de l’autre côté… Bon, ça, c’est pour le premier doublage mais à force, on s’y fait, tout en restant aux aguets! 😉

En chemin, j’ai observé des choses magnifiques mais j’ai aussi vu des scènes bien moches… Je ne sais pas si c’est le fait d’être en moto mais c’est la première fois que je constate autant d’accidents de la route sur un mois dans un pays… Les trois quarts du temps, ce sont les scooters… Entre celui qui glisse sous une pluie torrentielle, celui qui s’encastre sous une remorque de tracteur ou celui qui percute un autre véhicule… Pour noircir encore plus le tableau, passer à côté de mecs avec la tête couverte de sang, de corps inanimés étendus sur l’asphalte, ça fait froid dans le dos… Vous allez me dire « mais tu ne t’arrêtais pas pour aider? » et je vous répondrais que non. Pourquoi? Parce qu’il faut savoir que les vietnamiens, en tout cas de ce que j’ai constaté, ont le coeur sur la main et n’hésitent pas une seule seconde à s’entre-aider alors ces pauvres blessés et hommes sans vie n’étaient pas à l’abandon mais toujours entourés. Heureusement.

N’oublions pas l’état des routes. Vous avez de tout là-bas! De la route parfaitement bien bitumée au chemin de terre en passant par celle couverte de graviers ou encore celle en travaux… C’est un peu comme les Kinder surprise, on ne sait jamais ce sur quoi on va tomber! L’aventure en somme.

Les vietnamiens

En parlant des vietnamiens, un jour où je me trouvais sur une route de montagne, perdue en altitude au milieu d’une jungle dense et verdoyante, ma moto a décidé de s’arrêter en pleine ascension d’une pente à 10% d’inclinaison (d’après le panneau). Premier réflexe, je tente le démarreur électrique… Sans succès. Je passe au kick… En vain. Bon, j’ai insisté plusieurs minutes, évidemment. Et puis tout à coup, ce vieux monsieur, vietnamien, visiblement âgé d’un paquet de printemps, a interrompu sa récolte de riz pour s’approcher de moi et me faire signe de tourner ma moto en pente descendante. Avec un « xin chao » (bonjour), des gestes, des sourires et les indications de ce vieil homme, j’ai redémarré ma moto et ai continué ma route après un dernier « cam on » (merci). Je suis tombée en panne plusieurs fois sur mon mois d’aventure en moto et j’ai toujours rencontré des locaux qui m’ont aidée!

Parfois, je faisais contrôler ma moto juste pour m’assurer que tout était en ordre. Au moment de vouloir payer, si rien n’était à faire, même le graissage de la chaîne, mon argent n’était pas le bienvenu. En somme, les vietnamiens sont très souvent honnêtes et contents de vous rendre service sans forcément vouloir de l’argent en retour. Chose rare en Asie! Bon, il y a aussi les cas inverses, évidemment, mais bien moins qu’ailleurs dans ce coin du globe!

Toujours au sujet des vietnamiens, si les asiatiques sont particulièrement et généralement beaux, je dois dire qu’au Vietnam, ça m’a bien sauté aux yeux. Que ce soit les enfants, les femmes ou les hommes, leur peau, leur teint et leurs cheveux ne m’ont pas laissée indifférente. Je pense que l’élégance les définit plutôt bien. Et leurs sourires, ah ces sourires, ils me suffisaient à me faire passer une belle journée.

C’était amusant parce qu’il n’y avait pas un seul jour sans qu’on me fasse d’éloges. Attention, je ne dis pas ça pour me vanter mais plutôt parce que ça m’a vraiment amusée et surprise de recevoir autant de compliments (et puis ça fait plaisir quand même 🙂 )! Mes cheveux bruns et bouclés avaient un énorme succès. Que je sois seule ou avec mon allemand, j’atterrissais constamment dans les photos et vidéos des vietnamiens.

Certains hommes m’ont parfois fait la cour et ce, même en présence de mon Deutsch. Bon, parfois, ça devenait lourd et embarrassant mais heureusement, j’étais bien accompagnée!

Au début de mon périple, je portais une sorte de veste en coton pour me protéger du soleil de plomb ou pour amortir les picotements parfois douloureux des gouttes de pluies diluviennes qui se heurtaient à mon poncho. Petit à petit, je m’en suis débarrassée (de la veste) pour prendre des couleurs et aussi parce qu’il faisait parfois vraiment chaud. Du coup, les vietnamiennes me faisaient souvent signe de me couvrir pour me protéger. Je trouvais ça adorable! 🙂

Je n’ai pas de photos de gens pour la bonne et simple raison que je ne suis pas photographe et je n’aime pas prendre les gens en photo comme ça. Un photographe prendra le temps de nouer un lien avec ses sujets pour finalement les shooter mais en ce qui me concerne, même si une relation s’établit, je préfère profiter du moment plutôt que de sortir mon appareil. Je suis comme ça. 🙂

Vous savez, j’ai entendu beaucoup de commentaires négatifs sur le Vietnam et son peuple! Et bien je les ai trouvés particulièrement gentils, accueillants, chaleureux et, comme je vous disais, avec le coeur sur la main. Bien sûr, il y a des exceptions mais c’est partout pareil! En somme, j’ai adoré les vietnamiens. Voilà. 🙂

Les rencontres et les expériences

J’ai rencontré des gens extraordinaires! Vietnamiens et voyageurs. Ce serait difficile de mentionner tout le monde et pourtant, ils ont tous une place particulière dans mes souvenirs et dans mon coeur parce que c’est aussi grâce à eux que j’ai vécu une expérience si magique et inoubliable! D’ailleurs, chaque fois que j’enfourchais ma Honda, c’était que du bonheur mais j’aimais aussi les pauses parce que c’est dans ces moments là qu’on rencontrait et qu’on partageait des moments exceptionnels avec les locaux.

En chemin vers Sapa, en compagnie de mon allemand, on s’arrête pour déjeuner. Comme toujours, on choisit la street food et on mange comme les locaux (ou on essaye, au moins). Quelque part sur la route avant d’arriver à Tu Lê, on rencontre une femme et un homme. La femme était en admiration devant nous. Elle nous observait, nous prenait en photo, nous filmait. Alors que nous mangions, elle s’est installée en face de nous pour nous regarder, sans arrêt. C’était amusant et embarrassant à la fois mais nous souriions tous les trois alors chacun se prêtait au jeu le plus naturellement possible. Quelques minutes plus tard, un homme est arrivé. Il parlait timidement anglais mais suffisamment pour échanger quelques mots ensemble (notre apprentissage vietnamien n’étant pas des plus développés, malgré nos efforts).

Si vous allez au Vietnam, vous verrez ces hommes qui fument des bangs en bambou. Au départ, on se demandait s’il y avait autre chose que du tabac. Nous étions curieux. Curieux de connaître le contenu mais aussi d’essayer. Tandis que nous échangions des sourires et des gestes avec la femme (impossible de communiquer autrement), l’homme s’est mis à fumer le bang. En général, ce fameux bang est à disposition et chacun se le fait tourner pour fumer à tour de rôle. Evidemment, nous avons demandé à essayer. Au départ, l’homme a fait signe qu’il ne valait mieux pas car c’est très fort mais nous avons insisté. Felix a commencé doucement puis il y est allé plus fort et là, il est devenu tout rouge, a toussé à en avoir les larmes aux yeux… Mon tour venu, je me suis dit « bon, il m’arrive de fumer alors ça devrait aller! »… Hahaha je saisis le bang, j’aspire bien (trop longtemps) et là, c’est le drame! Je tousse, j’ai du mal à respirer, les larmes sortent instantanément et alors que je manque de m’étouffer, je ris aux éclats en même temps! En somme, ce bang nous a bien démontés tous les deux et il a fallu attendre un peu avant de remonter sur nos bécanes parce que la tête tournait un peu et je vous garantis que ce n’était que du tabac! Bon, ce n’était peut-être pas très malin mais juste après, l’homme nous a tendu une cigarette chacun, qu’on s’est fumée, puisqu’il nous disait que c’était plus doux! Quel moment! Allez, je vous montre ça en vidéo! 🙂

Pendant que j’y pense, je passe du coq à l’âne, enfin, du bang au bus plutôt. Oui, les chauffeurs de bus et de camions nous faisaient souvent des appels de phares et nous affichaient un signe de pouce levé quand ils croisaient nos chemins! On rencontrait toujours des gens qui nous saluaient et nous admiraient, que ce soit en véhicule ou dans les villages qu’on traversait. Quand on s’arrêtait, les enfants s’approchaient timidement de nous et on jouait avec eux. Les adultes, eux, ne pouvaient s’empêcher d’examiner nos motos puis de nous proposer de la bière! 🙂

A l’approche d’Hanoi, je me suis retrouvée à hauteur d’une voiture aux vitres teintées. Nous roulions à la même allure et soudain, les fenêtres se sont baissées laissant apparaître un lot de sourires et de mains qui me faisaient coucou! C’était génial! 🙂

La gastronomie

Pour ce qui est des plats et des boissons, je me suis ré-ga-lée!

Le café est particulièrement bon et la façon dont il est fait et servi est vraiment originale. Vous avez aussi le Cafe Sua (mon préféré) dans lequel on ajoute du lait concentré voire un gros glaçon pour le déguster froid. Un délice!

A savoir: le Vietnam est le 2e producteur de café (robusta) après le Brésil.

Un délicieux café made in Vietnam

Un délicieux café made in Vietnam

Pour les plats, oh la la… J’ai goûté un paquet de mets vietnamiens et je dois dire que mes papilles ont pris leur pied!

  • Pho Bo (partout)
  • Banh Xeo (à déguster au Kim Oanh restaurant à Hoi An qui se trouve ici)
  • Cao Lau (à déguster uniquement à Hoi An dans la rue)
  • Banh Cuon (à déguster à Yen Bai à cet endroit là – il n’y a pas de nom de restaurant mais c’est affiché clairement sur une pancarte dehors)
  • Banh Mi (partout)
  • Et bien d’autres…

Laissez-vous tenter par la street food. L’idéal c’est d’aller là où les locaux vont! 😉

1 et 2: Banh Cuon; 3 et 4: impossible de savoir le nom mais morceau de porc et de boeuf avec des légumes à cuir soi-même; 5: Banh Xeo; 6: Banh Mi: 7-8-9: Banh Te (je ne suis pas sure pour ce dernier, si quelqu'un sait)

1-2: Banh Cuon à Yen Bai; 3-4: impossible de savoir le nom mais morceaux de porc et de boeuf avec des légumes à cuir soi-même à Hanoi5: Banh Xeo à Hoi An; 6: Banh Mi partout; 7-8-9: Banh Te (je ne suis pas sure pour ce dernier, si quelqu’un sait le nom mais c’est un mix de viande et de champignons)

Les paysages et les situations

Il est vrai qu’il ne faut pas comparer un pays à un autre puisque chacun a ses particularités. Bien que j’ai été indéniablement influencée par le fait d’être en moto (décuplant toutes mes sensations donc!), j’ai traversé des routes et ai contemplé des paysages absolument merveilleux!

Rizières, plantations de thé et de café, jungle, montagnes, lacs, rivières, mer, dunes de sable…

J’ai aussi expérimenté des situations délirantes!

Allez, assez parlé, enfin, écrit. Jugez plutôt par vous-mêmes… 😉

Un cadre magnifique et un joli papillon qui s'incruste sur la photo, ça fait un chouette résultat!

Un cadre magnifique et un joli papillon qui s’incruste sur la photo, ça fait un chouette résultat!

 

Superbe cascade Bao Dai dans la région de Da Lat

Superbe cascade Bao Dai dans la région de Da Lat

 

Le calme et un magnifique coucher de soleil après une tempête à Ho Chi Minh City

Le calme et un magnifique coucher de soleil après une tempête à Ho Chi Minh City

 

Maison Rong

Maison Rong

Plus d’infos sur les maisons Rong: ici.

Une rizière d'un vert à couper le souffle

Une rizière d’un vert à couper le souffle

 

Temps magnifique et jolie plage à Hoi An

Temps magnifique et jolie plage à Hoi An

 

En route vers Hue au Vietnam

Direction Hue

 

Vue du Hai Van pass en direction de Hue

Vue du Hai Van pass en direction de Hue

 

C'est comme ça quand on conduit dans les nuages

C’est comme ça quand on conduit dans les nuages

 

Montagnes karstiques et nuances verdoyantes

Montagnes karstiques et nuances verdoyantes

 

Au loin, c'est la pluie qui brouille les montagnes

Au loin, c’est la pluie qui brouille les montagnes

 

C'est dans ce type de cadre que la magie culinaire vietnamienne opère

C’est dans ce type de cadre que la magie culinaire vietnamienne opère

 

Plantations de thé

Plantations de thé

 

Vous avez dit à couper le souffle?

Vous avez dit à couper le souffle?

 

De belles rizières

De belles rizières

 

Même avec un temps nuageux, c'est magnifique!

Même avec un temps nuageux, Sapa, c’est magnifique!

 

Chemin de terre, forêt, rizières, thé. Au coeur du lac Thac Ba en moto.

Chemin de terre, forêt, rizières, thé. Au coeur du lac Thac Ba en moto.

 

Mieux vaut pas se frotter à ces buffles!

Mieux vaut ne pas se frotter à ces buffles!

 

Magnifique Lac Thac Ba à Yen Bai

Magnifique Lac Thac Ba à Yen Bai

 

Parfois on roulait sur ça, non sans efforts mais c'était génial!

Parfois on roulait sur ça, non sans efforts mais c’était génial (et pas le pire)!

 

Au Vietnam, on transporte vraiment tout et n'importe quoi en scooter.

Au Vietnam, on transporte vraiment tout et n’importe quoi en scooter (oui, c’est bien une vache à gauche et elle est vivante!).

 

Rouler dans ce bordel fut un véritable challenge entre crises de rires et coups de stress!

Rouler dans ce bordel à Hanoi fut un véritable challenge entre crises de rires et coups de stress (NB: mon klaxon ne fonctionnait plus… Hum…)!

Alors, prêts à faire votre visa, prendre votre billet d’avion et acheter votre moto au Vietnam pour découvrir ce pays étonnant? 🙂

Ecrit par Cyn

J'aime voyager, rencontrer des gens, admirer des paysages, découvrir des peuples, goûter la gastronomie locale, parler des langues étrangères. J'aime passer du temps sur internet, bloguer, écrire, tweeter, partager, apprendre, découvrir et échanger sur les réseaux sociaux. J'aime rire, à en pleurer, sourire, positiver, imaginer et aller toujours plus loin.

10 Commentaires

  1. Marine · 23 septembre, 2015

    Très bel article ! Je vis ici, et conduire une moto dans la jungle de Saigon fait partie de mon quotidien… C’est vrai que le trafic est assez hallucinant, mais on s’y fait ! Il faut juste rester concentré tout le temps 😀
    Et côté cuisine, je suis tout à fait d’accord, il faut se laisser tenter par le street-food, c’est de loin la meilleure nourriture qu’on trouve au Vietnam !
    Bonne journée
    Marine a récemment publié : Le petit guide du street-food au VietnamMy Profile

  2. Rory · 14 novembre, 2015

    Olala obligé je le fais ! Quels magnifiques paysages… et la moto ça a toujours été un rêve de gosse (même si je m’éclate déjà bien sur un scooter). Bravo pour ce chouette article je l’ai lu d’une traite et adoré.
    Rory a récemment publié : Crise de l’essence au Népal : ma synthèseMy Profile

    • Cyn · 14 novembre, 2015

      Pareil que toi! Au début c’était toujours en scooter mais je rêvais de voyager en moto alors j’ai tenté au Vietnam et je recommencerai! 🙂
      Aucun doute que tu adoreras!!!
      Merci et merci d’avoir lu! 🙂

  3. Une fille voyage seule en Asie : histoire et conseils pour voyager en solo · 24 novembre, 2015

    […] découvert Cynthia grâce à son blog de voyage et j’ai tout de suite été attiré par son fameux trip en moto à travers le Vietnam. Après pas mal d’échanges, je me suis rendu compte qu’elle […]

  4. Gaspard · 3 mai, 2016

    C’est au Vietnam que j’ai conduit pour la première fois. Sur le coup j’ai cru que j’allais y passer. Avec le recul je réalise que l’avantage d’apprendre a faire de la moto au Vietnam c’est que l’on risque plus tellement de surprises ailleurs : on a vu le pire.

    La moto c’est une autre façon de voyager, pour moi c’est un passage obligé pour sortir des trajets en bus qui vont de A à Z mais sans passer par b,c,d etc…
    La moto c’est le plaisir de pouvoir s’arrêter, prendre son temps ou repartir en arrière.
    Gaspard a récemment publié : Why we chose to move to HanoiMy Profile

  5. Tiphaine · 16 juin, 2016

    Hahaha, ta photo de la vache sur le scooter est fabuleuse ! Vraiment sympas tes articles, je suis seule aussi et j’avoue que voyager comme toi donne vraiment envie. Pas d’Allemand à mes côtés, mais pourquoi pas se lancer sur la route… à bientôt sur la route peut-être ?

  6. Steeven · 3 juin, 2018

    J’y vais dans 2 semaines, et je n’avais jamais pensé à le faire en moto! Mais comme tu sembles le partager ça semble tellement au moins une aventure a essayé!!! Je vais au moins m’en louer une 2 semaines c’est sûr!

  7. Carnets d'Asie · 4 octobre, 2018

    Wow, quel itinéraire ! Un bien joli voyage, le parfait moyen de s’immerger dans la culture vietnamienne. Super article en tout cas !

Commenter

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.