twitterfacebookgoogletumblryoutuberss

Mingalaba Rangoon

Mingalaba Rangoon

Début mai 2015, après avoir passé un mois au Népal et fait une courte escale en Thaïlande, je suis arrivée à Yangon, en Birmanie (Myanmar).

Dès mon arrivée, j’étais heureuse. Pourquoi? Et bien je m’apprêtais enfin à découvrir la Birmanie, ce pays qui a longtemps été un mystère pour moi et que je rêvais d’explorer.

Mes premiers pas à Rangoon

Première étape: trouver un DAB dans le hall d’arrivée de l’aéroport et retirer des kyats (monnaie birmane qu’on prononce « tchiats » – à cette période, 1 euro valait environ 1085 kyats). Au moment de recevoir mes billets, je suis incapable de retenir ma stupéfaction! Je me retrouve avec une liasse d’une épaisseur de presque 2cm… Imaginez! J’en rigole toute seule… Et pourtant, je n’ai que l’équivalent de 200 et quelques euros! Je crois que je suis riche! 😀

argent birman

Puisque j’arrive dans la matinée, il est encore trop tôt pour check-in dans mon dortoir alors j’y laisse mon backpack et malgré une chaleur assommante (plus de 40°C), je m’en vais arpenter les rues de la ville.

Premier repas local, je choisis (encore et toujours) la street food. Je suis complètement novice quant à la culture birmane alors je me lance dans l’inconnu (ah c’que j’aime ça!!!). Pour un peu moins d’1,50€, j’ai droit à un festin mais ce n’est plus une surprise en Asie de pouvoir se régaler pour si peu!

Street food Yangon

C’est savoureux mais je remarque rapidement que l’huile est omniprésente dans les plats birmans. C’est ici que j’ai commencé mes premiers échanges avec des locaux. Encore une fois, cette expérience a été rythmée par une série de mimes et de rires. 🙂 Je viens de débarquer et je ne sais pas encore dire « bonjour » ni « merci » en birman mais je répare cela bien vite. D’ailleurs, après l’Inde et le Népal, je suis encore perdue dans mes namasté alors j’ai du mal à mettre en place les mingalaba et tchèzoutimbalé du Myanmar…

Et les Birmans, ils sont comment?

Contrairement à leurs voisins Indiens, les Birmans ne semblent pas pudiques. Alors que je me promenais au lac Kan Daw Gyi, plusieurs couples s’étreignaient publiquement.

D’autre part, ils sont incroyablement souriants et accueillants! Bien que je me trouve dans une ville plutôt touristique, les locaux ne semblent pas être réticents face à la présence d’étrangers chez eux, bien au contraire, ils ont plutôt l’air fiers et ravis. Et puis, quel bonheur de ne pas se faire harceler pour acheter ci ou ça!

Sur place, je me promène principalement à pied malgré les quarantaines de degrés étouffants. Parfois, je prends un taxi mais je regrette l’absence de deux roues. En effet, les scooters sont interdits en ville mais les raisons, aussi diverses soient-elle, restent toujours très vagues…

J’ai trouvé assez amusant que la circulation se fasse à droite (comme en France) tandis que les véhicules ont le volant à droite (à l’anglaise). En somme, il s’agit d’une empreinte laissée par la colonisation britannique. En parlant de conduite, beaucoup de Birmans conduisent pieds nus.

Au fait, vous connaissez le terme farang utilisé en Thaïlande pour mentionner les étrangers?! Et bien en Birmanie, ils disent ingalé et vous savez pourquoi? Et bien c’est comme « anglais » donc « étranger ». 🙂 Néanmoins, pas de différence entre un ingalé et un Birman quand on vous tend quelque chose car c’est toujours de la main droite en plaçant la main gauche sous le bras droit, comme une marque de respect. J’adore!

Ah, j’oubliais, vous remarquerez qu’ils portent tous des longyi, sorte de sarong, que ce soit pour les hommes ou les femmes. C’est la tenue locale.

Promenons-nous dans Rangoon

En relisant mon journal de voyage, je m’aperçois que mes lignes à propos de la Shwedagon Pagoda sont brèves (8000 kyats l’entrée soit un peu plus de 7 euros). Comme vous le savez, je ne suis pas friande de pavés de saumon touristiques alors pour la petite anecdote, il faisait tellement chaud que le sol était bouillant! D’ailleurs, c’était assez amusant car tout le monde sautillait pour s’empresser de rejoindre un coin d’ombre en essayant de ne pas se cuire les pieds (à savoir que le lieu se visite pieds nus comme beaucoup d’endroits sacrés en Asie). La Pagode est magnifique et impressionnante. Malheureusement, j’étais assez déçue par la quantité de distributeurs de billets qui gâchent l’environnement de ce lieu majestueux. Enfin, j’y ramasserais une feuille de figuier des pagodes (arbre emblématique du bouddhisme) que je garderais précieusement dans me souvenirs de voyages.

feuille de figuier des pagodes

Et sinon, le Drug Elimination Museum ça vous parle? (3USD l’entrée) Dans mon dortoir, j’ai rencontré un anglais et un néo-zélandais. Ce dernier nous parle de ce musée alors nous décidons d’y aller tous les trois. En arrivant sur les lieux, nous entrons par une grille rouillée au milieu de mauvaises herbes. Clairement, l’endroit semble être à l’abandon et nous sommes les seuls visiteurs. Cette expérience s’annonce mystérieuse et étrange mais originale! Forcément, à nous trois, nous trouvons le moyen d’en profiter et de passer un bon moment. Le bâtiment est à l’image de son environnement extérieur c’est-à-dire en sale état. D’ailleurs, au dernier étage, c’est le refuge à pigeons où leurs fiantes font office de décoration d’art contemporain (rires)! 🙂

A l’intérieur, la visite se fait sur trois étages. Je m’aperçois que quelqu’un se charge d’allumer et d’éteindre les lumières dès que nous arrivons ou quittons un étage. Dingue non?! Au passage, pour pouvoir faire des photos, il faut payer un supplément. Je ne vous cache pas que j’ai transgressé la règle en volant quelques clichés grâce à mon téléphone portable (bouh la vilaine!). Bref, c’est une visite qui peut être très amusante en bonne compagnie!

Bon, et comme toujours, j’ai découvert la bière locale très facilement reconnaissable puisqu’elle se nomme Myanmar. (J’en profite pour ajouter une anecdote alcoolisée: les birmans semblent apprécier le whisky et un soir où je dînais avec mon p’tit anglais, en dehors d’être la seule fille du resto, TOUS les hommes présents avaient leur propre bouteille de whisky pour accompagner leur repas! Et ils ont une bonne descente, croyez-moi!)

Bière Birmanie Myanmar

Voilà pour mes premières impressions birmanes. Pour la suite, je vous emmène à Bagan.

PS: je vous recommande vivement le film « The Lady » qui retrace une partie de l’histoire de l’incroyable Aung SanSuu Kyi.

Ecrit par Cyn

J'aime voyager, rencontrer des gens, admirer des paysages, découvrir des peuples, goûter la gastronomie locale, parler des langues étrangères. J'aime passer du temps sur internet, bloguer, écrire, tweeter, partager, apprendre, découvrir et échanger sur les réseaux sociaux. J'aime rire, à en pleurer, sourire, positiver, imaginer et aller toujours plus loin.

2 Commentaires

  1. Julien Maury · 14 décembre, 2015

    Ce blog est juste agréable à lire, ça donne faim là 🙂 et #lostintranslation hun ^^

Commenter

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.